vendredi, octobre 06, 2006

DSK en calecon



Le phénomène des créneaux "communautaires" dans les piscines publiques, qui ne concerne pas seulement les musulmans, est en régression, selon une estimation établie à la rentrée par le ministère de l'intérieur. Il n'en resterait qu'à Lille et à Strasbourg.

Cette estimation contredit les affirmations de l'essayiste Robert Redeker qui, dans Le Figaro du 19 septembre, affirmait que "l'islam essaie d'imposer à l'Europe ses règles (telles que) l'ouverture des piscines à certaines heures exclusivement aux femmes" (Le Monde du 30 septembre).

A Sarcelles (Val-d'Oise), un créneau était attribué, depuis 2003, à une association de femmes juives de tendance orthodoxe, à la piscine municipale, le dimanche après-midi. La communauté d'agglomération Val-de-France, qui gère cet équipement sportif, y a mis un terme en septembre.

Le maire (PS) de Sarcelles, François Pupponi, déplore cette décision : "Je ne peux pas refuser d'attribuer une vacation dans un équipement sportif à une association sous prétexte qu'elle est religieuse. C'est une forme de discrimination, qui est contraire à la laïcité", argumente-t-il.

A la piscine de Lille-Sud, un créneau instauré en 2000 par la mairie fonctionne toujours le vendredi soir. Cependant, il évolue progressivement. Les hublots ouvrant sur l'extérieur, qui étaient occultés à la demande des nageuses, ne le sont plus. Denise Cacheux, directrice du centre social Grandir ensemble, qui gère ce créneau, espère une évolution progressive vers "un régime normal". "La demande est venue d'une association de femmes maghrébines, dont beaucoup étaient voilées, raconte-t-elle. Nous avons accepté, à condition que cet horaire soit accessible à toutes les femmes."

A Strasbourg, un créneau réservé aux femmes existe à la piscine de la Victoire, le lundi matin. Il a été établi en 1996, à la demande d'une association religieuse juive.

A Paris, des vacations dans les piscines publiques sont attribuées en dehors des heures d'ouverture, par exemple aux associations homosexuelles Aqua Homo et le Cercle du Marais.

Mais aucune ne concerne des associations religieuses. "Je ne confierai pas des créneaux à une association religieuse qui propagerait une vision inférieure de la femme, justifie Pascal Cherki, adjoint (PS) aux sports. Le communautarisme, c'est principalement religieux."

André Rossinot, coprésident du Parti radical, a recommandé dans un rapport remis le 20 septembre au ministre de l'intérieur l'adoption d'une "charte de la laïcité dans les services publics".

1 commentaire:

caribou a dit…

Rebonjour.
Pour répondre à Redeker, il y a cet article du (presque)toujours excellent Agoravox :

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=14287

Mes salutations